Résultats semestriels 2019 : Dixième hausse consécutive du chiffre d’affaires

  • Chiffre d’affaires : nouvelle hausse à 523 millions d’euros (+2%)1
  •  
  • EBITDA en légère baisse à 255 millions d’euros (-2%)
  •  
  • Résultat net en hausse à 41 millions d’euros (+5%)

 

  • Eurotunnel :
    • Chiffre d’affaires en hausse à 456 millions d’euros (+1%)
    • Légère baisse de l’EBITDA de 1% à 251 millions d’euros
  • Europorte :
    • Chiffre d’affaires en hausse à 66 millions d’euros (+10%)
    • EBITDA en hausse de 12% à 13 millions d’euros

 

Jacques Gounon, Président-Directeur général de Getlink, a déclaré :

« Au premier semestre, le Groupe fait une nouvelle fois la démonstration de la résilience de son modèle économique en présentant un chiffre d’affaires en croissance pour la dixième fois consécutive malgré les à-coups résultant des incertitudes politiques du Brexit. Sans la grève des douaniers français, l’EBITDA du Groupe aurait également été en progression. Le Groupe reste confiant dans sa capacité à gérer les prochaines étapes du Brexit et confirme la politique de croissance du dividende. »

 

Rappel des faits marquants du semestre

  • Groupe
    • Versement de 193 millions d’euros de dividendes au titre de l’exercice 2018.
    • Règlement d’un contentieux avec le gouvernement britannique de 33 millions de livres (soit 38 millions d’euros), non comptabilisé en résultat à ce stade et dont 11 millions de livres ont été encaissés.
    • Demande d’indemnisation de 10,6 millions d’euros auprès du Gouvernement français pour les conséquences négatives des grèves de douaniers français au printemps 2019.
  • Eurotunnel
    • Trafics camions et voitures inférieurs à l’année dernière. Augmentation de la part de marché voitures (+2 points) à 59,9% et quasi-maintien de la part de marché camions à 40,4%.
    • Croissance robuste de +2% du nombre de voyageurs Eurostar au premier semestre malgré l’impact sévère de la grève du zèle des douaniers à Paris Gare du Nord en mars, avril et début mai.
    • Hors grève des douaniers, l’EBITDA du Groupe aurait été en hausse d’environ 2%.
    • Croissance de +10% pour le trafic transmanche de trains de marchandises.
    • Investissement de 15 millions d’euros dans le cadre du Brexit initial prévu le 29 mars pour la mise en place de nouvelles infrastructures (Pit Stop, sas Parafe, Centre de contrôle Douane-SIVEP, ces deux derniers ayant été remis aux autorités).
    • Lancement du programme Mi-Vie des Navettes Passagers.
  • Europorte
    • Augmentation du chiffre d’affaires (+10%).
    • Hausse de l’EBITDA à 13 millions d’euros (+12%).
    • Démarrage avec succès de nouveaux contrats de traction ferroviaire et de nouveaux flux de wagons sur les sites de Feyzin et Donges.
    • Impact positif des nouveaux contrats de gestion d’infrastructure ferroviaire dans le Grand Est (GIC) et en région Hauts-de-France (PGI), démarrés en cours d’année en 2018.
    • Développement des activités d’acheminement de rames pour Alstom Régiolis en lien avec le projet Léman Express (Suisse).
    • Programme de développement de la maintenance prédictive via une collaboration avec l’école Polytechnique.
  • ElecLink
    • Process de validation de l’ensemble du projet par la CIG en cours.

 

Résultat Net en progression continue

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe du premier semestre 2019 s’élève à 523 millions d’euros, en augmentation de 11 millions d’euros, soit +2%, par rapport au premier semestre 2018, malgré l’impact négatif estimé de 10 millions d’euros du mouvement de grève des douaniers français, entre le 4 mars et le 15 mai.

Les charges d’exploitation du Groupe sont en hausse de 16 millions d’euros pour le semestre, y compris des coûts exceptionnels (prime Macron pour 1 million d’euros, préparation du Brexit pour 3 millions d’euros). Pour le segment Eurotunnel, les charges d’exploitation sont en hausse de 4% à 205 millions d’euros.

L’EBITDA consolidé du premier semestre est en baisse de 5 millions d’euros à 255 millions d’euros. Pour Eurotunnel, l’EBITDA est en très légère baisse à 251 millions d’euros (254 millions d’euros au 1er semestre 2018).

Il est rappelé que le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel courant restent caractérisés par une saisonnalité forte sur l’année et que les résultats du premier semestre ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble de l’exercice.

Les frais financiers nets et les autres produits financiers nets sont en baisse (-9 millions d’euros) sur les six premiers mois de l’année 2019, une évolution essentiellement liée à l’impact de la baisse des taux d’inflation britannique et français sur le coût de la tranche indexée de la dette.

Au premier semestre 2019, le Groupe enregistre un bénéfice net consolidé de 41 millions d’euros, en hausse de +5%.

Le Free Cash Flow des activités poursuivies est en augmentation (+21 millions d’euros) à 129 millions d’euros au premier semestre 2019, comparé aux 108 millions d’euros au premier semestre 2018.

 

PERSPECTIVES

Dans le contexte d’une sortie du Royaume- Uni de l’Union européenne, le Groupe avait indiqué un objectif financier d’un EBITDA de 560 millions d’euros dans le cadre d’un « no- deal » ou de 575 millions d’euros en cas d’accord. L’absence d’accord pour le Brexit le 31 octobre 2019 devenant très probable, l’objectif de référence pour 2019 est celui du « no-deal ».

Objectifs 2019 :

    • EBITDA : 560 millions d’euros (au taux de change 1£=1,128€)
    • Dividende 2019 : 41 centimes d’euros par action

 

A horizon 2022, le Groupe reste confiant dans sa capacité à générer une croissance durable et continue de tabler sur une croissance de son EBITDA. Le Groupe reconfirme donc ses perspectives à moyen terme :

Horizon 2022 :

  • EBITDA : supérieur à 735 millions d’euros (au taux de change 1£=1,14€)
  • Augmentation annuelle du dividende : + 5 centimes d’euros par action

 

Retrouvez les résultats complets dans le document attaché.


  1. L’ensemble des comparaisons avec le compte de résultat du premier semestre 2018 se fait au taux de change moyen du premier semestre 2019 de 1 £=1,145 €.

Contacts presse